04.02.2014, par rédaction eDarling
5925

Rupture : les étapes pour faire son deuil

Plus une relation amoureuse a été longue et passionnée, plus il sera difficile de tourner la page, et de s’ouvrir à un nouvel amour. La psychiatre Elisabeth Kübler Ross a déterminé cinq étapes affectives, qui rythment le chemin du deuil. Ces étapes se révèlent être également valables pour les ruptures amoureuses, et nous apprennent à identifier les différentes émotions qui nous traversent.

Le déni

C’est la première phase, celle durant laquelle on refuse de croire que tout est fini, que la rupture risque d’être irréversible, et qui survient après tout choc affectif. Cette étape est d’autant plus marquée lorsque l’on n’est pas à l’initiative de la séparation. On tente de se convaincre que l’autre ne pensait pas vraiment ce qu’il a dit, ou écrit, qu’il va changer d’avis. Impossible de penser que cette belle histoire d’amour prenne fin de cette façon ! Cette décision ne peut être que transitoire…

La colère

Durant cette deuxième étape, on commence à mesurer les conséquences de la perte. Et c’est en général à ce moment là que survient la colère envers l’autre, c’est de SA faute. Du « comment a-t-il/elle pu me faire ça ? » au « je n’avais pas le choix que de le/la quitter vu ce qu’il/elle me faisait subir », nous accumulons les griefs envers notre ex-partenaire. Il est important de noter que cette phase est nécessaire pour passer à la suivante. Elle permet de protéger notre égo meurtri et de marquer de la distance vis-à-vis de l’être, jadis aimé. Lorsque l’on n’éprouve pas de colère, c’est bien souvent que la phase précédente est toujours éprouvée.  Même si on ne se l’avoue pas vraiment, l’espoir d’un renouveau est toujours bien présent.

Le marchandage

C’est la phase, durant laquelle la colère redescend peu à peu. Bien sûr, l’autre avait ses défauts, mais peut être que j’ai ma part de responsabilités dans cette rupture. On va donc tenter de trouver à qui revient la faute, et notre esprit va faire ce va et vient constant entre culpabilité et déresponsabilisation. Cette étape permet d’intégrer la réalité de l’histoire de notre couple, de ses failles, et du fonctionnement de chacun. Elle permet également une remise en question personnelle qui nous fera évoluer.

La tristesse

A ce stade, nous prenons conscience qu’il n’y aura pas de retour en arrière possible. L’histoire est bel et bien terminée. A qui en revient la faute ? Finalement peu importe, le résultat est là. C’est une phase de regrets, durant laquelle on se tourne vers le passé en l’enjolivant. Cela diffuse chez nous un sentiment de tristesse, avec parfois l’impression que nous ne pourrons plus aimer, ou que nous ne vivrons plus jamais de moments aussi intenses. Cette étape, bien que désagréable, est elle aussi nécessaire. Elle nous permet d’explorer notre peine, de la « vider » pour faire table rase du passé.

L’acceptation

Après le temps des larmes, vient celui du renouveau. On accepte ses erreurs et la rupture, et l’on va pouvoir de nouveau construire. Comment savoir si on est arrivé à cette phase ultime ? C’est facile. Si vous parvenez à penser à votre ex-partenaire et aux bons moments que vous avez passé ensemble sans rancœur ni tristesse, c’est que votre deuil est arrivé à son terme. Vous pouvez alors envisager votre histoire passée comme un moment de votre vie avec ses joies et ses peines, et considérer que l’avenir vous en offrira d’autres.

Lorsque nous vivons une rupture amoureuse, nous expérimentons tous ces différentes étapes, durant un temps plus ou moins long. Mais il arrive parfois que nous restions bloqués à un stade sans nous en apercevoir, ce qui stoppe le processus évolutif du deuil. Nous pouvons stagner dans la colère, ce qui empêche toute remise en question personnelle, ou dans la tristesse, ce qui ne nous permet pas de retomber vraiment amoureux. En prendre tout simplement conscience permet souvent de poursuivre cette évolution nécessaire pour arriver à l’acceptation de cette rupture, et désirer à nouveau vivre une belle histoire d’amour.