Berlin, le 11 septembre 2012 - L'argent ne fait peut-être pas le bonheur, mais il y participe grandement, tout du moins sexuellement. C'est ce que prouve en tout cas la dernière étude eDarling, menée auprès de 20 000 de ses membres.

Bien qu'en cette période de tension économique la plupart des individus tendent à travailler plus pour gagner plus, il semble que leur travail et leur rémunération aient d'autres répercussions, notamment sur leurs désirs et leurs exigences sexuels. Les résultats du dernier sondage eDarling montrent en effet, que plus les revenus sont élevés, plus la sexualité est attisée. Les individus à forts revenus ont un désir sexuel plus important que les répondants moins avantagés financièrement.

Désir et revenus

Le graphique ci-dessus illustre cette corrélation. A la question du sondage « Avez-vous un très fort désir sexuel ? » eDarling a croisé la rémunération des sondés. On remarque que seuls 23 % des personnes ayant des revenus inférieurs à 12 500 euros par an ont répondu par la positive, contre 41 % , pour celles ayant un salaire annuel supérieur à 75 000 euros.

Selon Wiebke Neberich, psychologue d'eDarling, ces résultats ne sont pas étonnants. En effet : "Les personnes bénéficiant de hauts revenus profitent d'une estime d'eux-mêmes souvent plus importante. Ils se sentent généralement mieux dans leur peau, ont plus confiance en eux et en leur succès et ceci se répercute obligatoirement sur leur libido, qui est plus forte et plus intense."

Choisir un partenaire fortuné ne relève désormais plus de la vénalité, mais bel et bien de l'épanouissement de la sexualité !