Berlin, le 12 février 2013 - Etre célibataire le jour la Saint-Valentin, c'est comme être au régime devant une boîte de chocolats : on sait que l'on pourrait... Mais non, pas cette fois ! A l'approche du 14 février, des cœurs et des papillons, des sentiments et des frissons d'excitation, eDarling a donné la parole à ses membres à la recherche de l'amour*. En effet, comment appréhendent-ils cette journée, consacrée à l'amour partagé ?

 

 

**Cliquez sur le graphique pour l'agrandir
 



Bien que considérée par beaucoup comme une fête commerciale, la Saint-Valentin n'en reste pas moins la fête de « l'amour pour toujours ». Et si 4,1 % des personnes interrogées pensent en effet, que c'est une fête ridicule et inutile, la majorité du panel (48,1 %) considère que tout le monde prend part au jeu, quel que soit son statut amoureux. Et s'il est facile de jeter la pierre aux célibataires, aigris de ne pouvoir participer à cette démonstration de sentiments, ils n'en sont pas moins honnêtes et réalistes, en répondant à hauteur de 40,2 % que « la Saint-Valentin est une fête ridicule lorsque je suis célibataire, mais que j'apprécie lorsque je suis en couple ».

« Chaque année, c'est toujours un peu le même refrain. On n'hésite pas à dire haut et fort que cette fête est ringarde, commerciale, que les preuves d'amour n'ont pas à se manifester uniquement ce jour là... Et puis souvent, dans l'intimité, c'est une toute autre histoire. Lorsque l'on est en couple on se demande si l'autre va y penser, et on ne peut s'empêcher d'être un peu déçu si ce n'est pas le cas. Lorsque l'on est célibataire, on tente justement de ne pas trop y penser. Car au fond, nous souhaitons tous recevoir des témoignages d'amour, ils nourrissent notre narcissisme et apaisent notre cœur », commente Sabrina Philippe, psychologue et conseillère eDarling.

Si la Saint-Valentin rappelle à chacun sa condition amoureuse, qu'en est-il au quotidien ? Dans la vie de tous les jours, à quel moment les célibataires jalousent-ils vraiment les couples ? Contre toute attente, ce n'est pas la proposition « Etre soumis à un barème d'imposition plus exigeant » qui remporte tous les suffrages, mais « N'avoir personne à qui parler en rentrant le soir », à hauteur de 83,5 %. Et si, « Ecouter leurs amis raconter leurs histoires de couples » et « Voir des amants s'enlacer » ne semblent pas les ennuyer outre mesure - ces deux propositions arrivent respectivement en 7ème et 9ème position dans le classement des situations les plus désagréables - les personnes seules ont en revanche plus de mal à accepter de devoir fournir plus de garanties lors d'un prêt (56,9 %).

Cependant, lorsqu'on leur propose de mettre en place des concepts dédiés aux célibataires, les personnes interrogées se prononcent en majorité contre. Des caisses dédiées aux personnes solo dans les supermarchés ? Des compartiments spécifiques dans les transports en commun ? Des plages horaires, réservées aux célibataires ? C'est une mauvaise idée ! En revanche, le panel a répondu ne pas être contre la création de cafés et de restaurants spécifiques aux personnes seules (72,4 %), afin d'éviter ce sentiment désagréable de s'asseoir seul(e) é une table prévue pour deux.

Et si le dimanche soir, le programme « pizzas devant la télé avec sa moitié » n'enchante pas tous les couples, il pourrait faire rêver plus d'un célibataire, qui déteste à hauteur de 59,1 % ce jour de la semaine, passé seul(e) sans personne avec qui partager.

Heureusement, cette année, la Saint-Valentin tombe un jeudi !



*Etude eDarling, réalisée auprès de 754 membres célibataires